LES GENTILSHOMMES DE LA BRETTE

Accueil du site > 2 - De cape et d’épée > Histoire et Escrime > Armes, Drapeaux, Etendards et Devises des Mousquetaires.

Armes, Drapeaux, Etendards et Devises des Mousquetaires.

mercredi 13 juillet 2005, par Cracou

Le récit suivant est tiré de Abrégé chronologique et historique de l’origine, du progrès, et de l’état actuel de la Maison du Roi et de toutes les troupes de France [...]. Liège, Everard Kints, 1734-1735. 3 volumes, par LE PIPPRE de NOEUFVILLE (Simon Lamoral). Ce récit date du milieu du XVIIIe siècle et constitue une bonne base de travail. L’auteur s’appuie lui même sur les mémoires de Mr de Puisségur.

NDLR : de ce récit, nous pouvons essentiellement dire que les fameux uniformes des Mousquetaires... n’ont pas lieu d’être, et en tout cas pas en 1642 !

Le nom des Mousquetaires étant dérivé des mousquets, il est certain qu’ils ne portaient que cette arme : mais les Brigadiers et Sous Brigadiers ayant pris dans la suite des fusils, les mousquetaires à leur imitation en portèrent aussi à l’Armée et ne se servirent des mousquets que dans les revues, et plus du tout aujourd’hui ; leurs armes sont des fusils, l’épée et les pistolets, le Roi autrefois fournissait le mousquet, mais maintenant c’est à eux de se pourvoir de fusils.

Leurs Drapeaux qui sont beaucoup plus petits que ceux de l’infanterie, et l’Etendard quarré, qui est de la grandeur ordinaire des autres Etendards, sont à fond blanc ; ceux de la première Compagnie ont pour devise une bombe en l’air tombant sur une Ville avec cette inscription , "QUO RUIT ET LETHUM", emblème qui signifie qu’en chargeant les Ennemis, ils portent la mort et le ravage tel que la Bombe où elle tombe.
L’Étendard et le Drapeau de la seconde Compagnie, ont pour devise un faisceau de douze dards empennés pointe en bas avec ces mots "ALTERUIS JOVIS ALTERA TELA" : ce qui veut dire que le Roi ayant ajouté cette seconde Compagnie à la première, elle lui tiendra lieu d’un nouveau foudre de guerre quand il s’agira de combattre les Ennemis de l’État. Les tambours de ce Corps sont beaucoup plus petits que ceux de l’infanterie, et battent d’une autre manière qui est extrêmement gaie, ils sont les seules Troupes de la Maison du Roi qui n’aient ni Trompettes ni Timbales.

Habits d’Ordonnance des Mousquetaires et l’Institution des Soubrevestes

La première Compagnie des Mousquetaires porta la casaque à sa création, comme assure Mr. de Puisségur dans ses Mémoires, quand il parle de l’origine de cette Compagnie ; cette casaque étant le seul uniforme qui la distinguât, parce qu’alors on s’embarrassait peu de mettre l’unité dans les habits parmi les Troupes.
Ils la portèrent pendant quelques temps sans autre habits d’Ordonnance, et l’avaient toujours dans les exercices et les revues, et quand le Roi souhaitait faire quelque revues éclatantes, il ordonnait lui même la forme et la magnificence de leurs habillements, il est même arrivé de la faire habillé toute en buffle, ceux d’entre eux qui étaient riches, ornèrent leurs manches de diamants. Une autre fois il fut ordonné de mettre des habits de velours noir. Il y eut une fois aussi des habits gris galonnés d’or sur toutes les coutures.
Mais quand Sa Majesté eut créé la seconde Compagnie, en eut pris le titre de Capitaine en 1665, elle mit un uniforme différent dans chaque Compagnie, ce ne fut donc qu’en 1673, après le siège de Maastricht, que le Roi ordonna le même uniforme dans les deux Compagnies, ce qui les distinguait, c’est que la première portait le galon d’or , et la seconde le galon d’argent.

En 1677, les habits furent écarlates, ce qui s’est toujours pratiqué depuis ce temps avec les poches en long, il n’y avait que les broderies et les galons qui soient différents ; les casaques étaient fort courts et ne tombaient que sur la croupe du cheval ; le Roi pour son entrée à Paris, après son mariage en 1660, en fit faire de magnifiques, qui ont encore été conservés à Vincennes, ensuite ayant été obligés d’aller à la guerre, on a fait des casaques de la longueur du manteau, qui descend au dessous du genou, et qui ont quatre croix, une derrière, une de chaque côté, et une autre devant, séparée en deux, la moitié d’un côté, et l’autre moitié de l’autre. Mais comme les casaques incommodaient les Mousquetaires qui étaient obligés de les quitter, quand ils faisaient l’exercice devant le Roi.

Sa Majesté ordonna en 1688, les soubrevestes qui sont comme des just-au-corps sans manches bleues et galonnées comme les casaques ornées de deux croix, une devant et une derrière de velours blanc, brodées d’un galon d’argent avec des fleurs de lys aux angles brodées, de même le devant et le derrière de ces soubrevestes, s’accrochent aux côtés avec des agrafes. Il y eut encore une autre raison qui détermina le Roi a donner des soubrevestes, c’est qu’en combattant à pied ils n’avaient pas la casaque, et la rejetaient derrière l’épaule, quand ils combattaient à cheval ce qui empêchait qu’on ne les reconnut aisément, et comme on avait remarqué en diverses occasions que la seule vue de cet illustre Corps jetait la terreur parmi les ennemis, ce qui arriva à la Bataille de Montcassel on jugea à propos de leur donner un habillement distingué qui les fit reconnaître au premier coup d’œil.

Tous les Mousquetaires portent la soubreveste, même les Sous Brigadiers, Brigadiers et Maréchaux des Logis ; il n’y a que les Officiers supérieurs qui en sont exempts : les casaques et les soubrevestes de la première Compagnie ne diffèrent de celles de la seconde que dans les flammes qui sont dans les angles des croix, celles de la première sont rouges avec trois rayons, et celles de la seconde feuilles mortes avec cinq rayons, les chapeaux de la première sont bordés d’or, et ceux de la seconde d’argent ; le Roi fournit la casaque et la soubreveste qu’on est obligé de rendre lorsqu’on quitte la Compagnie. les Officiers portent des habits d’écarlate avec des vestes, des housses, et des bourses de pistolets brodées.

Les Mousquetaires se servaient autrefois de grosses bottes comme la cavalerie, mais en 1683, le Roi voulut qu’elles fussent de vache retournée avec un éperon attaché derrière, et ordonna que lorsqu’ils feraient la Fonction du régiment des Gardes dans les voyages auprès de sa Personne, ils monteraient la Garde bottés, mais cette espèce de botte ayant mauvaise grâce ils en ont porté depuis de demi-fortes pour marcher plus aisément.

La seconde Compagnie n’a point été montée depuis 1660 jusqu’en 1663, qu’on leur donna des chevaux pour aller en Lorraine, jusqu’alors il n’y avait point d’uniformité dans les chevaux, même à l’entrée de leurs Majestés à Paris, ni à l’institution et au rétablissement de la première Compagnie, mais quand le Roi les eut mis toutes deux en 1665, il ordonna à ceux de la première de n’avoir que des chevaux blancs ou gris, et à ceux de la seconde que des noirs, c’est ce qui fait appeler ceux de la première les Mousquetaires gris, et ceux de la seconde les Mousquetaires noirs.


Fatal error: public_composer_dist() [<a href='function.include'>function.include</a>]: Failed opening 'dist/inc-pied_fonctions.php3' for inclusion (include_path='/mnt/129/sdb/9/a/gentilshommesbrette/include:.:/usr/php4/lib/php') in /mnt/129/sdb/9/a/gentilshommesbrette/ecrire/public/composer.php on line 49