LES GENTILSHOMMES DE LA BRETTE

Accueil du site > 1 - L’association > L’ Act’ Tue > Le Royal Vaisseaux

Le Royal Vaisseaux

dimanche 23 octobre 2005, par Cracou


Histoire du Royal Vaisseaux

Pourquoi parler de ce régiment ? parce qu’il est l’ancêtre du 43e RI basé à Lille, que ses colonels sont des plus connus. Le plus bel exemple est d’Artagnan, commandant de la place de... Lille !

(sources : histoire officielle des régiments de l’armée française et documentation du 43e RI, créateur originel http://www.43ri.com/ Le 43e R.I., le régiment de Lille, sous la direction du lieutenant-colonel Denis Chevignard, préface d’Alain Decaux, édité par la Voix du Nord.)

Ce corps a été levé sous le nom de régiment des Vaisseaux, et pour le service de mer, par Henri d’Escoubleau de Sourdis, archevêque de Bordeaux, l’un de ces prélats à moustaches de l’époque de Richelieu, qui réunissait à ses fonctions sacerdotales la charge de lieutenant général des armées navales. La commission de levée est du 13 mars 1638. Il est donc créé sous Louis XIII, l’année même de la naissance de Louis XIV.

Commandants successifs

1. Archevêque d’Escoubleau de Sourdis, 13 mars 1638. 2. Cardinal de Richelieu (Armand - Jean du Plessis), 3 février 1640. 3. Cardinal Mazarin (Jules), 10 mars 1644. 4. Duc de Candale (Louis - Charles - Gaston de Nogaret de Foix), 25 juin 1650.

Il servit, à peine formé, sur la flotte de l’archevêque, qui était chargé de concourir avec le prince de Condé à une attaque de l’Espagne par les côtes de la Biscaye. Embarqué à La Rochelle, où il avait été organisé, il arrivera, le 4 août, devant le port du Passage, se trouva, le 22, à la bataille navale de Gattari, et descendit à terre pour faire le siège de Fontarabie. Rembarqué après cette opération, il participa à l’attaque de deux galions dans la rade de Larédo : trois batteries de six pièces et deux mille hommes défendaient la côte ; les deux mille hommes furent mis en fuite et les galions pillés. La ville de Larédo se rendit le 14 août. Deux jours après, le régiment contribuait à la prise du fort Sant’Ogno. Rentré peu après à La Rochelle, le régiment passa l’hiver dans cette ville. Le 18 mai 1639, il partit à la rade de Saint-Martin de Ré pour se rendre devant La Corogne. Arrivé le 8 juin en vue de ce port, il se trouva le même jour à un grand combat livré à quarante-cinq vaisseaux d’Espagne.

Au commencement de 1640, Richelieu, jaloux des succès maritimes de l’archevêque de Bordeaux, disgracia ce prélat et le relégua à Carpentras. Il prit pour lui le régiment et l’envoya dans la Méditerranée. Arrivé au mois de juillet à Toulon, le régiment des Vaisseaux demeura le reste de l’année dans cette ville, et, en 1641, il s’y embarqua pour passer à Tarragone. Il prit part à quelques expéditions sur les côtes de Catalogne, puis il vint, en juin, contribuer à la prise d’Elne, en Roussillon.

Après la mort de Richelieu, il fut réduit à une compagnie franche par ordre du 30 août 1643. Mazarin le rétablit pour lui, le 10 mars 1644, sous le nom de Vaisseaux-Mazarin, avec des compagnies tirées des vieux régiments, et l’organisa à Perpignan, où était restée la compagnie franche de la première formation. Le régiment a constamment tenu garnison à Perpignan jusqu’à l’année 1654. Deux membres de la maison de Noailles, le comte François de Noailles et son fils le baron Anne, le commandèrent successivement en qualité de mestres de camp lieutenants, le premier du 25 mars 1644 au 1er février 1646, le second depuis cette dernière date jusqu’au 25 juin 1650. En 1648, on y incorpora le régiment du Breuil, qui tenait aussi garnison à Perpignan.


NOUS CONTACTER|Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP