LES GENTILSHOMMES DE LA BRETTE

Accueil du site > 2 - De cape et d’épée > Histoire et Escrime > Quatre attaques de base à la dague selon Fiore dei Liberi

Quatre attaques de base à la dague selon Fiore dei Liberi

mardi 1er novembre 2005, par Cracou


Quelques attaques de base à la dague, selon Fiore

Attention : la dague, dans l’optique de Fiore, est essentiellement une arme de pointe, avec une escrime très directe et mortelle. Le combat dure le temps de une ou deux prises et se termine par la mort de l’un des deux combattant. Pas de finasserie ni de tergiversation, ce qui n’empêche pas les mouvements d’être fins et fort bien pensés.

La position arme droite désigne une tenue d’arme « comme à l’épée », une arme inversée se comprend comme une arme tenue pouce près du pommeau.

·  Fendente (attaque de haut vers le bas), arme inversée, visant la tête, le cou... Il existe duex variantes, l’une visant le côté gauche, l’autre le côté droit.

·  Sotano (attaque de bas vers le haut), arme inversée, visant tout ce qui est mou en dessous du plexus.

·  Sotano (attaque de bas vers le haut), arme droite, visant la partie droite (pour un droitier) du corps, mais qui ne cherche pas forcément les parties basses : cœur, poumon, cou sont tous des cibles valables.

Tout ceci ne fait finalement que quatre attaques, deux droites et deux croisées, deux hautes et deux basses. Le nombre de mouvements peut sembler faible, mais correspond en fait à l’immense majorité des situations. Tous les auteurs insistent d’ailleurs sur l’importance des Fendente (ou coups du paysan ou du bourrin...).

A partir de ce corpus, Fiore présente un certain nombre de « jeux », ou plus exactement de parades, esquives, mouvements et prises répondant à chaque attaque, à chaque distance et à chaque situation. Leur nombre est relativement élevé.

Indépendamment de la connaissance des mouvements, rien ne saurait remplacer le tempo ou la mesure : le fait de se placer correctement, de se déplacer au moment opportun, ou pour utiliser un vocabulaire contemporain, agir dans l’action adverse : la parade doit prendre corps au moment même où l’action de l’adversaire commence, et surtout ne pas attendre l’arrivée de l’attaque. De même une parade n’est pas conçue comme une réponse simple, mais comme un élément de défense (parer ou esquiver) et de contre attaque (saisissement de l’adversaire...).

N’oubliez pas de visiter : http://ardamhe.free.fr/ http://jfgilles.club.fr/escrime/index.html


NOUS CONTACTER|Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP