LES GENTILSHOMMES DE LA BRETTE

Accueil du site > 2 - De cape et d’épée > Histoire et Escrime > D’Artagnan, un lieutenant ?

D’Artagnan, un lieutenant ?

Où l’on apprend que le titre n’est pas tout...

mercredi 19 décembre 2007, par Cracou


D’Artagnan est « seulement » lieutenant ou capitaine. Ce grade nous apparaît comme singulièrement mineur : lieutenant ce n’est que le second rang (après sous lieutenant) chez les officiers et est inférieur aux capitaines, commandants, lieutenant colonels, colonels, etc... Aussi, pourquoi ce grade chez un personne important ?

Tout d’abord, les grades de l’ancien régime n’ont rien à voir avec les nôtres. Très grossièrement, les grades sont Ampessade, Enseigne, lieutenant, Capitaine, Mestre de Camp (soit l’équivalent de nos colonels). Le capitaine est en charge d’une compagnie, le colonel d’un régiment (un vieux ou un petit vieux - nom donné aux régiments professionnels).

Ensuite les grades sont parfois uniquement nominaux car le commandement théorique échoit bien souvent à un personnage important -pour des motifs politiques ou pécuniaires - et laisser le commandement effectif à un gradé inférieur.

Enfin, et c’est le plus important, la compagnie des mousquetaire appartient à la maison militaire du roi. Elle échappe donc à la norme. Etre près du souverain confère une aura particulière, mais apporte aussi des avantages très substantiels : les hommes sont recrutés dans les gardes et promus chez les mousquetaires, étant entendu qu’un homme du rang dont le service aux mousquetaires aura été satisfaisant sera nommé enseigne ou même lieutenant dans une unité classique. La maison du roi a rang sur toutes les autres unités et les mousquetaires sur presque toutes celles de la maison du roi.

D’Artagnan fut nommé capitaine au régiment des gardes en 1655. En 1657, lors de la reformation des mousquetaires, il passe sous-lieutenant, ce qui n’est pas une dégradation : le lieutenant en titre est Philippe-Julien Mancini, le neveu de Mazarin, qui n’est jamais là. Le capitaine est tout simplement le roi, qui évidemment ne commande pas. En clair, le sous lieutenant D’Artagnan est le véritable responsable de la sécurité de la personne du roi lors de ses déplacements et a quotidiennement accès au souverain.

Homme parfait pour les missions difficiles et de confiance (arrestation de Fouquet en 1661), il est récompensé en 1667 lorsque le duc de Nevers démissionne de sa charge de Lieutenant de la première Compagnie des Mousquetaires.

Le roi lui accorde alors la charge, considérée alors comme "la plus belle du Royaume" (Colbert). Situé au plus près de Louis XIV, il est jalousé par toute la cour. Financièrement la solde tout aussi exceptionnelle : à ses 300 livres s’ajoute les 600 livres que le roi, capitaine en titre, lui rétrocède, dans compter une pension annuelle de 6000 livres.

En 1672, sans abandonner sa charge, D’Artagnan est nommé gouverneur de Lille puis Maréchal de Camp (ce qui fait de lui l’équivalent d’un général de brigade, même si le poste est plutôt honorifique dans son cas).


NOUS CONTACTER|Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP